#Listenable Records

Ils auraient pu le baptiser Six Words, en lien avec leur sixième galette au compteur, mais non, nos voisins britanniques ne faisant jamais rien comme tout le monde. Depuis sa reformation en 2013, Xentrix a décidé de battre le fer tant qu’il est chaud, brexit ou pas, pandémie ou pas, l’essentiel étant de perpétuer son heavy/thrash racé né à la fin des années 80

Lire

Depuis sa reformation en 2013, Xentrix s’est remis lentement à la tâche, tout d’abord avec Bury The Pain (2019) que nous avions apprécié, loin de révolutionné le genre cependant, et à présent Seven Words, leur sixième brûlot. Si le quatuor anglais de Preston (Lancashire) connut son petit quart d’heure de gloire sur le label Roadracer (futur Roadrunner Records)

Lire

Nom de Dieu, ils ne sont pas contents nos cinq Singapouriens et ça s’entend ! Mené par le leader d’Impiety accompagné de dangereux mercenaires œuvrant déjà dans d’obscures formations dans le Pacifique (Battlestorm, Bloodlust, Depravity, et Impiety forcément), Devorour...

Lire

Si pour nous, occidentaux, Singapour demeure une ville marchande exotique à l’autre bout du monde, au passé colonial chargé et troublé, à l’instar de Taïwan dont la situation géopolitique est quelque peu tendue actuellement. Question métal, ses habitants ne sont pas en reste et bouillonnent de projets plus diaboliques les uns que les autres.

Lire

La formation ibérique avait placé la barre haut dès The Menace, en 2011, difficile donc de réitérer la claque d’une première bombe de thrash sur chacune de ses sorties suivantes. Si Against The Odds fut bon par exemple, il ne procura pas la même montée d’adrénaline dans le slip que From Blue to Black (2016) ou Sessions #1 – American Thrash (2019)...

Lire

Tout aussi brutal et frontal qu’Aborted, Fetal Blood Eagle réunit les fins guitaristes de Solium Fatalis, à savoir Jim Gregory et Ryan Beevers (également membre d’Unflesh), accompagné du batteur pieuvre Kendall « Pariah » Divoll (Necronomichrist) et de notre cher ami Sven de Caluwé (Aborted)...

Lire

Quand l’hyper actif et créatif chanteur Sven de Caluwé n’est pas occupé avec son principal groupe Aborted ou ses autres side-projects (Bent Sea, Oracles, ex-System Divide...), par les jeux vidéo ou bien par son travail de graphiste, il en profite pour rejoindre d’autres compatriotes et éructer au micro de Fetal Blood Eagle, une nouvelle méchante formation de death metal de nos voisins belges !

Lire

C’est par quelques notes de guitare électrique avec un léger effet suivies d’un riff bien heavy et mordant à la Mastodon que débute la chanson-titre de ce premier effort de Cobra The Impaler. Derrière le nom de cette nouvelle sensation belge qui siffle sur nos têtes...

Lire

Formé par d’anciens membres du célèbre combo belge de death metal Aborted, Cobra The Impaler a vite attiré notre curiosité en ce début d’année. Outre son nom puissant et singulier, cette nouvelle sensation belge distille un heavy metal accrocheur aux influences stoner/sludge progressives d’une fluidité musicale qui…

Lire

Quand ils ne sévissent pas avec leurs formations respectives toutes aussi brutales les unes que les autres, c’est au sein de Lock Up que se réunissent, entre potes, le bassiste Shane Embury (Napalm Death, Venomous Concept, etc.), le guitariste Anton Reisenegger (Criminal, Brujeria…), et notre habituel interlocuteur, le chanteur légendaire Kevin Sharp (Venomous Concept, ex-Brutal Truth…). Mais sur leur cinquième bombe de death/grind, The Dregs of Hades, un petit nouveau fait son apparition alors qu’un ancien fait son grand retour au micro : Tomas Lindberg (At The Gates, The Lurking Fear, Disfear...). Une mise au point s’imposait. [Entretien avec Kevin Sharp (chant) par Seigneur Fred - Photos : DR]

Lire

Prévu le 25 février 2022 sur l'incontournable label français Listenable Records, le premier album des Belges de Cobra The Impaler risque d'en séduire plus d'un en début d'année prochaine avec son heavy metal délicieusement progressif aux faux airs de stoner/sludge à la Mastodon… Ce premier effort longue durée s'appelle Colossal Gods (un pied de nez peut-être à leur principale influence palpable qu'est Mastodonte) et pourrait être une belle surprise pour ce début d'année prochaine.

Lire

Si vous trouvez les derniers enregistrements de Mayhem trop propres et êtes nostalgiques de l’ambiance sombre et malsaine de la première mais aussi seconde vague black metal norvégienne (fin des années 80/début des années 90), alors penchez-vous sur le cas Order et leur divin second chapitre, The…

Lire

Publicité