#Disillusion

Alors qu’Opeth tend toujours à puiser un peu plus vers les influences seventies si chères à Mickael Akerfeldt, Disillusion, lui, continue d’évoluer dans un metal progressif contemporain, plus moderne, son leader Andy Schmidt n’hésitant à pas expérimenter et fusionner divers éléments, quitte à sonner trop avant-gardiste parfois

Lire

Publicité