ALLUVIAL : Death Is But A Door

Death Is But A Door - ALLUVIAL
ALLUVIAL
Death Is But A Door
Deathcore/death metal progressif
Nuclear Blast

Technique, sombre et complexe, nuancée et atmosphérique par excellence, la formation née dans les forêts pluvieuses de l’Oregon (Portland, USA) est façonnée par ses musiciens au CV déjà impressionnant. Wes Hauch (ex-The Faceless, Black Crown Initiate) a accompagné Devin Townsend et Thy Art Is Murder à la guitare en live et l’excellent chanteur Kevin Muller fait toujours vivre The Merciless Concept (après avoir donné de la voix dans Suffocation, Dysentery et Pyrexia). Tel Fort Boyard pour aller toujours haut et toujours plus fort, Alluvial excelle dans son désir du toujours plus profond, toujours plus sombre, toujours plus violent. Trois ans après le cultissime Sarcoma, qui signait le véritable premier album chanté du groupe (pour rappel l’album The Deep Longing for Annihilation était 100% instrumental), l’expression de leur brutalité se réveille aujourd’hui sous la forme d’un EP.

L’entrée en matière de « Bog Dweller » avec ses blasts beats et ses riffs acérés donne le ton. C’est du deathcore sans fioriture que livrent les Américains. Et il va sans dire que les breaks magistraux vous donneront autant d’occasions d’aller consulter votre ostéo ! Ensuite, le très sombre « Fogbelt » nous évoque la lente descente psychologique d’un détenu. Les cris stridents de la guitare saturée, répétés au début de chaque mesure, renforcent ce sentiment de captivité. C’est magistral dans l’exécution, délirant dans la représentation mentale ! Les sons industriels, quasi-métalliques d’« Area Code » donnent, quant à eux, une approche plus indus au morceau, néanmoins infusé d’un death metal moderne massacrant, et d’un solo incisif, bien sanglant, signé Wes Hauch. Comme pour reprendre son souffle après une plongée en enfer, la fin de cet EP 4 titres se clôt sur les magnifiques lignes vocales de Kevin Muller sur la chanson-titre. Celles-ci rappellent leur titre poignant « 40 Stories ». Notre esprit à l’affût s’interroge : doit-on y lire quelque indice sur la suite ? Si le quatuor yankee a annoncé vouloir sortir cet EP volontairement avant le successeur de Sarcoma, il faut avouer que Death Is But A Door nous fait l’effet d’une mise en bouche délicieusement appétissante. Alors à quand leur second, enfin troisième LP, instrumental ou non !? On a déjà hâte, mais chaque chose en son temps. [Marie Gazal]

Publicité

Publicité