#Century Media

BORKNAGAR : Fall

19 février 2024

Après un excellent Urd (2012) à l'approche plus folk et organique, et les très bons Winter Thrice (2016) et True North (2019), Borknagar poursuit son bonhomme de chemin à travers les paysages sonores nordiques toujours aussi épiques et majestueux qu'il a su façonner progressivement en s'inspirant de son environnement local mais aussi de la mythologie nordique depuis ses débuts plus extrêmes au milieu des années 90...

Lire

Le groupe allemand de Duisburg avait agité et bien réchauffé la planète metal/fusion avec la sortie de son premier méfait, Street Heat, en 2021 chez Beatdown Hardwear Rec., label plutôt étiqueté hardcore (Nasty, Ryker's...). Et cette influence hardcore que l'on retrouvait allègrement sur Street Heat l'est moins sur son successeur, en tous cas au niveau des voix des deux compères Fabio Krautner et Simon Blümel, dont les screams se font plus rares...

Lire

Attention, voici la nouvelle grosse sensation death metal américaine qui risque fort de faire un malheur ! En provenance tout droit de Portland (Oregon), Vitriol avait déjà frappé en 2019 avec To Bathe from the Throat of Cowardice, puis un EP 3 titres, mais là, son nouvel assaut, baptisé Suffer & Become, va tout bonnement ravager sur son passage, quitte à secouer au passage les leaders du genre en déclin outre-Atlantique (Morbid Angel, Nile…), en plus de nous secouer l’échine...

Lire

C’est par un drôle d’effet folk/bluesy interprété à la guitare électrique (genre qu’apprécie de plus en plus le guitariste/chanteur Kyle Rasmussen (lire notre interview)) aux sonorités dérangeantes et décadentes annonciatrices d’un massacre sonore (dans le bon terme ici) que s’ouvre ce deuxième méfait de Vitriol. Ce premier titre s’appelle « Shame and its Afterbirth ». Et croyez-nous, profiter de cette intro, car vos oreilles vont ensuite souffrir ! Suffer & Become porte d’ailleurs bien son nom (dans le bon sens du terme encore une fois) et s’annonce déjà comme la première grosse claque death metal de ce début d’année en provenance de l’Oncle Trump, pardon, l’Oncle Sam...

Lire

L’exercice symphonique peut revêtir différentes symboliques pour les groupes de metal. Simple luxe pour certains à la renommée internationale (les S&M et S&M II de Metallica à San Francisco), l’adaptation de morceaux metal avec un orchestre symphonique, outre le challenge artistique, rendant bien souvent le plus bel hommage qui soit aux compositions. Pensons à Architects qui s’est produit aux légendaires studios londoniens d’Abbey Road, cinq ans après le décès de Tom Searle. Aujourd’hui, Orphaned Land pousse l’exercice encore plus loin...

Lire

Le célèbre groupe d’oriental metal israélien Orphaned Land fête ses trente ans de carrière, et pour l’occasion, il s’est offert l’enregistrement d’un concert très spécial : la formation sur scène accompagnée d’un orchestre symphonique avec pas moins de soixante musiciens ! Mais la sortie de l’opus, baptisé A Heaven You May Create, sur fond de conflit israélo-palestinien entache ouvertement l’enthousiasme des membres du groupe...

Lire

Si tout un chacun connaît le thème de « Il Était une fois dans l’Ouest », il n’est pas impossible que les Américains de Wayfarer soient en passe de devenir les nouveaux Ennio Morricone du black metal à tendance folk. Sorti entre Breakers of The Flower Moon, le dernier chef d’œuvre cinématographique de Scorsese sur un fait méconnu des Indiens Osage à propos de l'or noir aux États-Unis au début du XXème siècle, et Halloween, c’est vers d’autres traditions païennes que nous emmène aujourd'hui American Gothic... Cinquième chevauchée...

Lire

Deux salles deux ambiances pour ce nouvel EP de Blood Incantation ! Le groupe de death metal old school américain nous livre de quoi se mettre en appétit en attendant un prochain album. « Obliquity of the Ecliptic » est un morceau qui attaque et qui se prend directement dans nos chairs. Du pur death metal comme on l’aime ! À la fois technique, rapide et mélodique, les riffs lourds et les blast beat survoltés s’harmonisent avec les breaks aux ambiances cosmiques...

Lire

Après le remarqué Menace paru en 2020 chez Century Media (déjà), les mauvais garçons de Nasty ne semblent toujours pas rassasiés et ce n'est certainement pas avec ce Hearthbreak Criminals que la donne risque de changer. Après une intro à l'ancienne dans la veine d'un bon vieux Grimlock, "Roses" et "Reality Check" posent les bases du hardcore beatdown pratiqué par nos voisins Belges, biberonnés aux sons de Congress, Deviate...

Lire

Attention, exclu Metal Obs au Motocultor ! A l’occasion de la venue de Marduk au festival breton désormais basé à Carhaix, son leader et co-fondateur Morgan nous a accordé en exclusivité avant son concert une interview afin d’évoquer l’actualité brûlante de la horde de black metal suédois, à commencer par leur concert immédiat de ce vendredi 18 août 2023 au Motocultor (lire notre live report 1ère partie ici), suivi de la sortie imminente du quinzième opus studio du groupe de Norrköping : Memento Mori.

Lire

Si les thèmes de la guerre ou du sang constituent des sujets récurrents dans les albums de la riche discographie de Marduk, il y en ait un qui revient souvent aussi et est cher à la horde suédoise et son leader, Morgan Stenmeyer Håkansson, c’est celui de la Mort avec un grand « M ». Bien sûr tout cela est intrinsèquement lié et n’est pas vraiment une nouveauté lyrique chez le groupe de Norrköping, mais ce thème de la mort qui omniprésent, qui rôde toujours dans les parages, colle parfaitement à l’ambiance du black metal sombre et brutal de Marduk depuis ses débuts en 1990, outre les sujets de Satan et compagnie...

Lire

Non, ceci n’est pas une chronique réalisée par ChatGPT mais bel et bien par un headbanguer passionné de thrash metal ! Alors que vous soyez nostalgique de Slayer parti en retraite (on attend cependant bientôt un nouvel enregistrement de nos amis Kerry King et Paul Bostaph), et/ou fan de Power Trip (Riley Gale R.I.P.) et autre Iron Reagan...

Lire

Publicité