GRASPOP FESTIVAL 2024 : Live report @Dessel (BE) du 20 au 23/06/2024

Pour cette nouvelle édition 2024 du Graspop Festival, Metal Obs avait dépêché à Dessel deux représentants qui se sont partagés les prestations scéniques. Voici leurs avis sur les têtes d’affiche, les incontournables (comme Alice Cooper, Doro, Blind Guardian, Kerry King, Flotsam & Jetsam…), et leurs divers coups de cœur… [Textes par Philippe Saintes et Sante Broccolo – Photos : Sante Broccolo]

Le 20/06/2024

Le premier, ou plutôt la première, artiste à ouvrir les hostilités est menée par l’énergique « Queen of Metal » : Doro Pesch (ex-Warlock). Dès les premières notes, nous sommes embarqués pour une heure de heavy metal teuton pur jus. Ce qui frappe d’emblée, c’est l’énergie de la jeune sexagénaire qui entraîne ses musiciens dans son sillage, offrant un concert entier, bien construit, riche en soli de guitares. Une chose est sûre : les compagnons de scène de la célèbre chanteuse sont heureux d’être là et cela se ressent. Le public adhère totalement à cette ambiance survoltée ! (Au passage, nous ne pouvons que vous recommander le dernier album studio de Doro : Conqueress – Forever Strong and Proud (Nuclear Blast) que nous avions chroniqué l’an dernier ici).

DORO
DORO

Le second artiste à avoir marqué la journée est incontestablement Kerry King. Changement d’univers, nous plongeons cette fois-ci dans un thrash metal à outrance. Le groupe américain de l’actuel guitariste de Slayer (eh oui, dans le même temps, le groupe californien s’est reformé pour quelques shows avec, bien sûr, Kerry King, mais ce sera à voir ailleurs outre-Atlantique) débarque sur scène comme un ouragan avec son premier album solo (lire notre chronique de From Hell I Rise/Reigning Phoenix Music ici), ses brûlots thrash ne laissant personne indifférents… C’est terriblement soutenu et super bien joué, même si finalement très classique. En écoutant attentivement, on ne peut qu’être impressionné par le jeu de guitare de Kerry King sur sa nouvelle guitare Dean (auparavant, il fut longtemps chez BC Rich). Pendant une heure, l’intensité ne faiblit jamais, pour le plus grand bonheur des fans de Slayer. Les non-afficionados pourront peut-être regretter le manque de variation à la longue, mais les adeptes sont conquis.

KERRY KING

Babymetal, la troisième sensation de la journée, soulève plusieurs questions. Doit-on inviter un groupe pareil au plus grand festival de metal belge ? Il est vrai que leur musique est du metal, mais leur esthétique, avec des masques rappelant Slipknot, peut déconcerter. La vraie question est de savoir s’il convient de mettre le trio nippon de de kawaii metal si haut sur l’affiche. Nous restons circonspects bien que le concert mérite d’être vu au moins une fois. Et puis il en faut pour tous les goûts. Soyons clairs : la prestation prête parfois à sourire, mais la connivence et l’harmonie entre la chanteuse et ses deux sœurs choristes valent le détour. Ce n’est peut-être pas du metal traditionnel, mais cela reste un moment rafraichissant et finalement marquant.

BABYMETAL
BABYMETAL
BABYMETAL

La soirée se termine en apothéose avec le boss du hard rock, lui qui a tout inventé en matière de show et d’horreur dès les années 70’s : Alice Cooper. Vincent Furnier nous régalera de ses hits et de ses fameux gadgets, de la guillotine au cobra. C’est la sixième fois qu’Alice Cooper joue ici au Graspop, et cette performance constitue là certainement l’une des meilleures. Tout y est : l’artiste légendaire américain est égal à lui-même, offrant un show spectaculaire d’une heure et demie. Il est magnifiquement accompagné par trois guitaristes, dont la talentueuse Nina Strauss qu’on ne présente plus. Celle-ci enchaîne les soli, chacun plus impressionnant que le précédent. En résumé, cette première journée du Graspop édition 2024 fut belle et prometteuse. Nous sommes partis pour un beau festival, surtout que le soleil s’invite ce week-end en Belgique…

Publicité

Publicité