STRIGOI : Bathed in a Black Sun

Bathed In A Black Sun - STRIGOI
STRIGOI
Bathed In A Black Sun
Dark/doom metal
Season of Mist

Toujours en quête d’une noirceur et d’une brutalité au-delà des sommets de l’extrême, Strigoi signe son retour dans l’actualité musicale avec la sortie non pas d’un nouvel album, mais d’un EP baptisé Bathed In A Black Sun. S’inscrivant dans la continuité directe de Viscera paru il y un an en septembre 2022, ce court métrage sonore contient (en plus du morceau éponyme déjà présent sur Viscera) quatre titres entièrement inédits ; le tout sublimé par un clip impeccablement réalisé à l’esthétique très marquée qui ne laisse pas indifférent. Avec la chanson éponyme par contre, rien de nouveau à l’horizon, si ce ne sont des paroles sensées portant un regard noir et critique sur notre monde. Si pour ce premier morceau, tout est une question de lecture ou d’interprétation, la suite est, elle, plus surprenante, et fait appel à tous nos sens à travers ces abysses ténébreux. Assénant des coups avec ses blast beats, « The Grotesque » inaugure ensuite la cacophonie inédite de cet EP. D’une durée relativement courte, « Beautiful Stigmata » poursuit, quant à lui, ce sombre court métrage sonore tout en intensité créant un véritablement déversement de haine et de violence. Sans aucune lumière à l’horizon, on est alors très proches du Monotheist d’un certain Celtic Frost…

« A Spear Of a Perfect Grief » retient un peu plus notre attention. Les riffs sont légèrement plus groovy que les morceaux précédents. Enfin, « The Construct of Misery » cadet de la playlist, clôture un travail de grande qualité. Le morceau s’arrête d’un trait net de manière sèche et brutale. La boucle semble donc bouclée. À une fureur de vivre, Strigoi répond une mort tempétueuse sur laquelle on aurait parfois (très fortement) envie de headbanger (notamment sur les morceaux « A Spear Of a Perfect Grief » et « The Construct of Misery » qui concluent l’EP). Les textes exigeants imposent de lire entre les lignes et contrastent ainsi avec le jeu puissant et frénétique des guitares de Chris Casket et Greg Mackintosh, et de la batterie. Les rythmes agressifs s’enchaînent et se déchaînent tour à tour dans la fureur et l’impétuosité. En somme, difficile de passer à côté d’un seul morceau tant ils sont tous incontournables et uniques chacun dans leur genre. Après l’expérience Vallenfyre, Strigoi n’a pas perdu de sa superbe et nous offre un sublime EP empli de haine et de férocité. Avec Bathed In A Black Sun, la formation anglaise franchit une étape de plus sur l’échelle des ténèbres. [Louise Guillon]

Publicité

Publicité