#ACOD

Déjà le cinquième opus pour la formation phocéenne de black/death metal mélodique que rien ne semble ébranler, à l’heure où malheureusement certains de leurs confrères jettent l’éponge (Svart Crown). À l’image du superbe nouvel artwork représentant un voyage dans l’au-delà, entre le purgatoire et l’enfer, ACOD continue son périple contre vents et marées, n’étant pas du genre à chômer ni à baisser les bras. Après l’arrêt de son précédent label qui publia The Divine Triumph en 2018, les Marseillais nous offrent Fourth Reign Over Opacities And Beyond. Nous avons fait le point avec son chef d’orchestre.

Lire

Un peu trop rapidement estampillé à ses débuts « death métal moderne » à la Gojira mais aussi Dagoba pour ses influences thrash et l’aide du producteur/chanteur Shawter, le groupe phocéen a progressivement évolué à partir de l’EP Another Path… (autoproduction) qui ouvrit en 2014 un nouveau chemin afin de se détacher de ses étiquettes un peu trop collantes

Lire

Publicité