#thrash

Non, ceci n’est pas une chronique réalisée par ChatGPT mais bel et bien par un headbanguer passionné de thrash metal ! Alors que vous soyez nostalgique de Slayer parti en retraite (on attend cependant bientôt un nouvel enregistrement de nos amis Kerry King et Paul Bostaph), et/ou fan de Power Trip (Riley Gale R.I.P.) et autre Iron Reagan...

Lire

C'est à l’occasion de la venue de l’un des fers de lance du death metal français, Mercyless, lors d’une soirée black et death tout bonnement excellente en mars dernier à Orléans (comme il se fait parfois trop rare en province) que nous avons tapé la discussion avec son leader Max Otero en terrasse du Dropkick Bar...

Lire

Et si l’heure de la retraite était réellement venue pour nos Four Horsemen, à l’instar de leurs collègues Slayer du Big Four of Thrash qui ont splitté en 2019 au moment où la redite commençait clairement à se ressentir depuis déjà quelques temps, que ce soit sur scène comme sur album ? Visiblement non, loin d’eux l’idée de raccrocher à bientôt 60 ans pour ses deux cofondateurs, Lars Ulrich & James Hetfield. Après tout, vu le contexte actuel, vous en reprendriez bien encore pour deux ans de plus avant la quille, non ?

Lire

Ils auraient pu le baptiser Six Words, en lien avec leur sixième galette au compteur, mais non, nos voisins britanniques ne faisant jamais rien comme tout le monde. Depuis sa reformation en 2013, Xentrix a décidé de battre le fer tant qu’il est chaud, brexit ou pas, pandémie ou pas, l’essentiel étant de perpétuer son heavy/thrash racé né à la fin des années 80

Lire

Depuis sa reformation en 2013, Xentrix s’est remis lentement à la tâche, tout d’abord avec Bury The Pain (2019) que nous avions apprécié, loin de révolutionné le genre cependant, et à présent Seven Words, leur sixième brûlot. Si le quatuor anglais de Preston (Lancashire) connut son petit quart d’heure de gloire sur le label Roadracer (futur Roadrunner Records)

Lire

Parmi les formations metal suédoises de retour sur le front et ayant brillé durant la décennie 90 sur la scène death, thrash, ou black, c’est au tour du trio d’Uppsala Defleshed. Si vous avez raté un épisode ou étiez tout simplement aux abonnés absents, voire pas encore de ce monde, (ré)écoutez leurs plus célèbres enregistrements Ma Belle Scalpelle

Lire

Dans le même temps qu’un split EP avec le groupe Simulacre sort chez LADLO reprenant l’intégralité du EP Vile paru il y a deux ans, nous découvrons ce premier album d’Archvile King, obscur one man band français basé dans le château de Nantes...

Lire

Cela faisait un sacré bail que l’on n’avait pas eu de nouvelles des Suédois de The Defaced ! Le combo d’Helsingborg avait fait son petit effet au début des années 2000 avec d’abord une première bombe, Domination Commence, suivi de Karma In Black dans la ligne de ses frères d’armes Soilwork, Darkane...

Lire

Annoncé un peu par surprise, ce nouvel opus des Américains de Trivium n’en demeurait pas moins très attendu. Avec un effort précédent de haute volée, et qui avait vu arriver en son rang le monstrueux Alex Bent derrière les fûts, le challenge était de taille

Lire

Après avoir vendu plus de 40 millions d'albums dans le monde avec Creed et Alter Bridge, Mark Tremonti s’échappe en solo depuis maintenant trois ans. Le précédent album All I Was (2012) avait fière allure, et on sentait que le bonhomme en avait sous la pédale.

Lire

Publicité