Chroniques

Alors que la grisaille et l’humidité persistent en ce début d'automne, pardon, de printemps en Europe occidentale, et que le soleil n’arrive toujours pas à percer notre ciel grisâtre pour réchauffer nos cœurs, que ce soit en France ou bien outre-Manche, quoi de mieux que de savourer justement la dernière offrande des Anglais de My Dying Bride pour entretenir un peu plus notre spleen hivernal… En provenance directe de nos chers producteurs de doom d’Halifax...

Lire

Bienvenue en terre inconnue ! New Heaven est un aller sans retour pour l’espace, le cosmos du black/death metal, à l’instar des terribles Inquisition (Colombie-USA), mais dans un registre toutefois plus moderne ici. L’ombre d’un Behemoth période 2010-2020 plane ici. Ses trous noirs béants laissant place à toute créativité émergent peu à peu au fil de l’album qui se veut plus court que la précédente publication du one man band américain...

Lire

L’attente des fans, notamment à la rédaction de Metal Obs, fut longue depuis Turan, le dernier album de Darkestrah remontant à huit ans... Aussi longue qu'un trekking dans les plaines infinies et les montagnes de la Kirghizie. Pour les ignorants, petit retour au galop rapide dans les anciens cols hauts perchés empruntés jadis par les aïeux de messieurs Resurgemus (guitares/claviers) et Asbath (batterie/programmations), à l'époque de la route commerciale de la soie...

Lire

13, c’est un chiffre clé et bien souvent un porte-bonheur dans la vie, ou bien malheur quand on est superstitieux. Et Banished By Sin constitue justement le treizième méfait studio de la bande à Glen Benton. Toujours basé du côté de Tampa en Floride, Deicide perpétue son death metal blasphématoire (un pléonasme) qui ne s’assagit guère avec les années, cette légende existant depuis tout de même depuis 1989 (auparavant sous le nom d’Amon) ! Alors quand il s’agit d’interviewer son leader, rarement aimable dans le passé avec les journalistes...

Lire

Après un tout premier format court Leeches sorti en 2022, les Limougeauds sont de retour avec un tout nouvel EP qui a été enregistré et mixé par le groupe lui-même en compagnie de Laurent Bidana, puis masterisé par Karl Daniel Lidén (qui a œuvré comme batteur chez Greenleaf, Lowrider et Dozer, c'est dire si le bougre s'y connait en musique rock bien lourde !). C'est donc dans une veine heavy rock/stoner/doom...

Lire

Quelle éternelle brutalité ! Mais aussi quelle fluidité à l’écoute de ce treizième péché capital dans la discographie de Deicide ! Capital car il s’agit d’une nouvelle ère pour le légendaire quatuor de death metal de Tampa qui a signé un nouveau pacte avec le diable, ou plutôt avec le label américain Reigning Phoenix Music...

Lire

« Badlands » débute sur une atmosphère plutôt angoissante et malsaine, est-on sur le champ de bataille après les hostilités, comme pourrait le laisser suggérer la pochette de l’album ? Ce premier morceau est à l’image des autres compos que contient Devotion, marqué par de nombreux changements de rythmes et par des touches métalliques, démontrant une belle créativité et cette volonté affirmée de ne pas rester prisonnier d’un style...

Lire

Il était une fois, en Bavière, The Vision Bleak, un duo fantastique à la créativité et l'inspiration débordantes. C'est donc toujours avec un grand plaisir que nous aimons retrouvé, sous une forme ou une autre, la paire teutonne Konstanz/Schwadorf, que ce soit avec Ewigheim, Noekk, ou plus récemment Empyrium...

Lire

Rien de mieux qu’un premier album pour célébrer dix ans de carrière. Signé fraîchement chez Les Acteurs de l'Ombre Productions, Hear The Hour Nearing ! concrétise de longues années de travail acharné de ces Normands. « The Vanishing of Matter » nous montre d’entrée de jeu que nous avons affaire à un album épileptique. Des élans inspirés nous transportent...

Lire

Réinvention, redécouverte, renouveau sans cesse, tel est le mantra de cette formation néerlandaise dantesque qu’est The Monolith Deathcult. Leur dernière pépite The Demon Who Makes Trophies Of Men peut sembler illogique à la première écoute intégrale, mais ce neuvième album est en fait archi travaillé. Aucun détail n’est laissé au hasard et leur don pour la mise en scène transpire...

Lire

Ce vendredi 19 avril 2024 fut marquée musicalement par la sortie du onzième opus de Taylor Swift. Et même si l'on s'en fiche royalement à Metal Obs, nous avons été victimes d’une véritable avalanche médiatique ce jour-là, qu'on le veuille ou non, au sujet de la nouvelle production de la miss de la pop US, occultant bien d’autres sorties musicales malheureusement, comme par exemple ce petit bijou six titres : Those We Knew, signé Homecoming. Bien sûr, on raisonne là une bien plus petite échelle niveau notoriété...

Lire

Onze nouveaux titres, ce n’est pas rien ! À l’aube de leur quarante ans de carrière, Pentagram (Chile) n’a rien perdu de sa fougueuse jeunesse ! Eternal Life of Mandess envoie du lourd… du très lourd même ! Définitivement figé dans une autre époque, celle des 1980 (« Omniscient Tyrant »), ce seulement second et nouvel opus, disons-le d’emblée, n’a rien d’original. S’il ne s’écoute pas comme tout à fait comme un bon vieux...

Lire

Publicité