Articles

Le 18 novembre 2022, Rising Steel a sorti son troisième opus Beyond The Gates Of Hell. Nous avons mis cet événement à profit pour rencontrer son chanteur Fabrice Emmanuelson afin d’évoquer avec lui les conditions d’enregistrement, les objectifs du groupe grenoblois, leurs références musicales, ainsi que la pochette du nouvel album et une future tournée…

Lire

Rising Steel voulait sortir un album qui ne soit pas trop éloigné en temps du précédent et qui frappe un coup ! Ojectif pleinement atteint ici ! Bienvenue dans un univers où les guitares puissantes prennent d’emblée le pouvoir, fleurant bon les eighties et les nineties avec des passages qui évoquent tout autant Accept, Saxon, Testament et autres bons crus de légende !

Lire

Pour une fois, c’est un livre dont nous allons parler aujourd’hui. Et pas n’importe quel livre puisqu’il s’agit du recueil d’une vie d’artiste, celle de Jeff Grimal (Citadel, Spectrale, ex-The Great Old Ones…)

Lire

Le soleil peut être un faux-ami, peut rendre aveugle, et parfois brûler les ailes si l’on s’en approche de trop près, tel Icare volant trop près du soleil pour s’échapper du labyrinthe du Minotaure, puis tombant dans la mer pour finir noyé sous les yeux de son père Dédale… Pour Candlemass, le soleil n’a pas toujours été de bonne augure

Lire

3 ans après Finding God Before God Finds Me, Bad Omens est de retour avec son troisième album, THE DEATH OF PEACE OF MIND. Avec pas moins de 15 titres, cet opus marque un tournant pour le groupe, qui entre dans une nouvelle ère. Nous avons pu nous…

Lire

Le nouvel espoir du metalcore moderne américain se confirme. Bad Omens nous livre un prodigieux troisième album qui va au-delà des espérances d’un public et de la critique, déjà largement conquise par la formation menée par Noah Sebastian. S’affranchissant de toute pression et attente pour composer The Death Of Peace Of Mind, le groupe de Virginie a relevé le pari de se challenger en expérimentant et créant comme il ne l’a jamais fait auparavant.

Lire

Ce treizième opus de Candlemass force l’admiration et le respect. Avoir une telle longévité (quarante ans !) et qualité discographique, nous on dit : « respect ».

Lire

Si dans le passé, ce fantastique groupe de death metal progressif allemand a connu son petit succès, il n’a cependant pas toujours était reconnu à sa juste valeur, preuve parfois d’un génie incompris à son époque comme tant d’artistes

Lire

Alors qu’Opeth tend toujours à puiser un peu plus vers les influences seventies si chères à Mickael Akerfeldt, Disillusion, lui, continue d’évoluer dans un metal progressif contemporain, plus moderne, son leader Andy Schmidt n’hésitant à pas expérimenter et fusionner divers éléments, quitte à sonner trop avant-gardiste parfois

Lire

Ils auraient pu le baptiser Six Words, en lien avec leur sixième galette au compteur, mais non, nos voisins britanniques ne faisant jamais rien comme tout le monde. Depuis sa reformation en 2013, Xentrix a décidé de battre le fer tant qu’il est chaud, brexit ou pas, pandémie ou pas, l’essentiel étant de perpétuer son heavy/thrash racé né à la fin des années 80

Lire

Depuis sa reformation en 2013, Xentrix s’est remis lentement à la tâche, tout d’abord avec Bury The Pain (2019) que nous avions apprécié, loin de révolutionné le genre cependant, et à présent Seven Words, leur sixième brûlot. Si le quatuor anglais de Preston (Lancashire) connut son petit quart d’heure de gloire sur le label Roadracer (futur Roadrunner Records)

Lire

Parmi les formations metal suédoises de retour sur le front et ayant brillé durant la décennie 90 sur la scène death, thrash, ou black, c’est au tour du trio d’Uppsala Defleshed. Si vous avez raté un épisode ou étiez tout simplement aux abonnés absents, voire pas encore de ce monde, (ré)écoutez leurs plus célèbres enregistrements Ma Belle Scalpelle

Lire

Publicité